Histoire du Pur Sang Arabe Espagnol (CHEVAL)

Publié le par Zou


La légende du Pur Sang Arabe trouve son origine au cœur de l'Islam, puisque celle-ci est indissociable de l'histoire du prophète Mohammed au septième siècle. L'origine exacte de cette race n'est pas absolument connu et plusieurs hypothèses sont abordées. Les habitants de la péninsule arabique ont élevé et sélectionné des chevaux de façon rigoureuse. Le climat désertique et le manque chronique de nourriture ont permis une sélection drastique des sujets. En remontant dans la nuit des temps, il est admis que quatre sous-espèces de chevaux vivaient sur la terre. Une de ces espèces était, Equus Agilia, qui était originaire de l'Inde nordique et établi dans les plaine sèche de l'Arabie et en Afrique. Equus Agilia est devenu le cheval arabe.

Les chevaux arabes espagnols ont remportés de nombreux succès dans les années 1970 et 1980 dans le monde entier. La faiblesse globale de l'effectif par rapport aux nombres de titres remportés nous amène à vous présenter l'histoire du cheval arabe espagnol.

La capacité de l'Arabe espagnol à produire les individus de croisement n'a pas été surpassé, menant ainsi beaucoup de gens à s'interroger sur leur patrimoine génétique et les causes de cette vigueur hybride une fois croisé avec d'autres lignées. Leur histoire est unique, formé par le rôle du Militaires espagnols au cours des cent cinquante dernières années. Ces forces ont produit une stimulation qui s'avère importante dans le but d'obtenir ce que tous les sélectionneurs essayent: la production du cheval Arabe parfait.

En 711, Les maures envahissent l'Espagne et restent pendant huit cents ans, ils y apportent leur influence dans l'art, l'architecture, la littérature, et la science et également leurs étonnants chevaux du désert. Ces chevaux avaient été sélectionnés pendant des siècles, les plus chaleureux pouvaient résister au travail dur, à la maigre nourriture, et au climat difficile auxquels ils étaient soumis. Utilisé en tant que guerrier, ces chevaux étaient le facteur décisif dans les guerres de conquête musulmane, ainsi la qualité exceptionnelle de la race Arabe était bien connue en Espagne et cela bien avant la fondation du haras royal en 1820.

La Yequada Militar est une organisation militaire, une branche du gouvernement espagnol, dirigée par le ministère de la guerre. Ce ministère commande toutes les activités liées à la guerre, y compris les chevaux (qui sont considérés comme machine de guerre). "Yequada", en espagnol, c'est le haras ou la jumenterie . La Yequada Militar, par un bureau à Madrid, la Jefatura de la Cria Caballar, administre les activités de toutes les races de chevaux en Espagne, y compris l'élevage, les stations d'étalon, et les Stud Book. Il possède sept dépôts d'étalon en Espagne et beaucoup de haras dans différents endroits pour élever plusieurs races de chevaux.

La Yequada Militar a dirigé l'élevage des chevaux Arabes espagnols dés la création du Stud Book en 1847. La reine d'Espagne est l'initiatrice de la mise en place du Stud Book. La première entrée dans le Stud Book espagnol est un poulain d'un an descendant d'un groupe de chevaux importés du désert par la reine Isabella II pour le haras royal près d'Aranjez. Maintenant, le haras royal est situé dans une ferme appelée Coritijo de Vicos près de Jerez de la Frontera, où le climat et le terrain sont idéaux pour la production du cheval de désert.

Les militaires espagnols connaissait depuis longtemps l'utilisation de chevaux Arabes pour améliorer d'autres races. Dans un but d'améliorer le cheval andalou une commission militaire a été envoyée dans le désert en 1849-50 à la recherche de bons chevaux Arabes. Elle a ramené 24 étalons, 12 juments, et 12 poulains, aucun d'eux ne fut prévu pour être employés en race pure. Les étalons étaient disponibles pour les éleveurs privés à un coût nominal, et l'intérêt pour les militaires consistaient à améliorer le troupeau de juments andalouses. Jusqu'en 1894, aucun programme d'élevage n'assura la production en race pure.

Publié dans tihert-tiaret-dz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article